Sksoftzwimjss1fxqkyl jpeg

Les bienfaits de la trimebutine : un choix éclairé pour un meilleur bien-être

Le syndrome du côlon irritable (SII), est une pathologie dont on n’a pas encore trouvé de traitement précis et efficient. Sa prise en charge est en réalité basée sur le traitement des symptômes qu’il occasionne : diarrhée, constipation et douleur d’estomac. Le traitement de ces douleurs est généralement médicamenteux et repose sur la prise de médicament antispasmodique comme le trimebutine. Découvrez dans ce contenu ce que c’est, son action sur le transit intestinal et dans quel cas on peut l’utiliser.

 

Trimebutine : qu’est-ce c’est ?

Le trimebutine est un médicament de la famille des antispasmodiques à visée digestive. C’est la forme générique de DÉBRIDAT et il est employé dans le traitement du syndrome du côlon spasmodique (côlon irritable ou colite spasmodique). Cette pathologie est provoquée par une hyperactivité au niveau du tube digestif, en particulier le gros intestin. Lorsque le trimebutine est administré, il agit sur le transit intestinal soit en régulant ou en ralentissant les mouvements anormaux de l’intestin.

 

Quelle est la composition du trimebutine ?

Le trimebutine est composé de deux groupes d’éléments : la substance active qui est la Trimébutine maléate et les excipients.

Les excipients qu’on retrouve dans toutes les formes de trimebutine sont : le Lactose monohydrate et Magnésium stéarate. Certains excipients sont spécifiques aux différentes formes de trimebutine qui existent. Il s’agit de : Amidon de blé (Gluten), Amidon de maïs modifié, Sodium carboxyméthylamidon, Mannitol, Saccharose, Gélatine, Acide tartrique, Opadry blanc, Silice colloïdale anhydre, Titane dioxyde, Hypromellose, Macrogol 4000, Macrogol 6000.

 

Dans quel cas peut-on prendre trimebutine ?

Le trimebutine est un médicament qui régularise la motricité intestinale. Il est utilisé comme traitement symptomatique pour soulager les douleurs liées aux troubles intestinaux et les spasmes douloureux de source digestive ou biliaire. Notons qu’un traitement symptomatique est un traitement qui a pour but de supprimer ou calmer les symptômes liés à une maladie sans pour autant en traiter la cause.

A lire également : Les purificateurs d’air : un véritable atout pour la santé et le bien-être

En ce qui concerne le mode d’emploi et la posologie du trimebutine, il se prend par voie orale et la dose généralement recommandée pour un adulte est de 600 mg par jour. Il est fortement recommandé de boire le médicament en 3 prises de 200 mg chacune, c’est-à-dire 3 fois par jour, et ceci, avant les repas.

Pourquoi prendre trimebutine ?

 

Quels sont les effets secondaires du trimebutine ?

Les personnes souffrant de troubles digestifs dus aux troubles fonctionnels intestinaux (syndrome du côlon irritable, maladie de Crohn, gastrique, reflux gastro-intestinaux, etc.) et troubles abdominaux, sont traditionnellement ceux à qui est prescrit le trimebutine. Mais, notez que ce médicament est déconseillé aux personnes allergiques au Gluten ou au blé (autre que la maladie cœliaque).

Les effets secondaires du trimebutine peuvent prendre en compte la constipation, diarrhée, douleurs abdominales, éruption cutanée, crampes au bas-ventre ou d’étourdissements. Certaines personnes peuvent se plaindre de fatigue, de ressentir un goût désagréable, d’indigestion ou de maux de tête. D’autres peuvent ressentir des nausées, vomissements, brûlures, une sécheresse de la bouche, troubles du sommeil (somnolence) ou une sensation de chaud et froid.

Sachez que les effets secondaires varient d’une personne à une autre. Dans tous les cas, quelques soit les effets indésirables qui surviennent à la suite de la prise du médicament, il est recommandé d’en parler à son pharmacien ou à son médecin. Mais certains signes finissent par disparaitre d’eux même.

Puisque le trimebutine est le traitement le plus couramment utilisé dans la prise en charge du Syndrome du côlon irritable (SII), nous vous proposons d’en savoir un peu plus sur cette maladie.

 

Le syndrome du côlon irritable (SII)

Également appelé syndrome de l’intestin irritable, le syndrome du côlon irritable est un trouble chronique qui se manifeste par de la diarrhée ou de la constipation, le mal de ventre et une sensation de ballonnements. On les qualifie de troubles fonctionnels intestinaux, ce qui fait que le SII est encore appelé colopathie fonctionnelle.

A lire également : Découvrez les bienfaits du Yoga : votre chemin vers le bien-être et la détente

Ces troubles sont plus fréquents chez la femme que chez l’homme et ils sont beaucoup plus observés chez les personnes âgées de 20 à 40 ans. Le risque de développer une colopathie fonctionnelle est aussi plus élevé chez les personnes anxieuses ou soumises à un stress persistant. À cette liste, il faut ajouter, les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, ou des personnes souffrant de fibromyalgie et les femmes qui souffrent de règles douloureuses.

 

Quelle est la symptomatologie du SII ?

Trois types de symptômes caractérisent le syndrome de l’intestin irritable.

  • Avoir mal au ventre avec une sensation de barre au niveau du bas-ventre. Mais, aller à selle soulage généralement ces douleurs.
  • Diarrhée et/ou constipation. Dans certains cas, on observe, en effet, une alternance des deux.
  • Inconfort intestinal marqué par des ballonnements, des bruits intestinaux, douleurs musculaires, une sensation de pesanteur, des flatulences, etc.

Chez les personnes atteintes du SII, une consultation médicale rapide s’avère urgente en cas de fatigue musculaire, de perte de poids, de fièvre inexpliquée ou de présence de sang dans les selles.

 

Quelles sont les causes du SII ?

Les causes du syndrome du côlon (gros intestin) irritable ne sont pas connues. La plupart des personnes qui sont atteintes de ce trouble se décrivent comme stressées et relient les crises de colopathie à des épisodes de fatigue ou de stress intense.

Dans certains cas, le SII peut survenir après une infection intestinale aiguë. Dans ce cas, l’inflammation de l’intestin et le déséquilibre de la flore intestinale peuvent favoriser l’apparition de la colopathie fonctionnelle. Il y a aussi l’intolérance modérée aux sucres (lactose, fructose) ou au gluten apporté par certains aliments, surtout les aliments riches en lait et en amidon.

A lire également : Conseils pour optimiser son bien-être pendant ses règles

Par ailleurs, chez certaines personnes, les poussées sont rattachées au stress ou à certains types d’aliments comme les crudités, les légumineuses sèches ou les choux, par exemple. Des études suggèrent que les personnes atteintes du SII ont une « hypersensibilité viscérale ». Cette hypersensibilité peut, dans certains cas, concerner la douleur en général.

 

Comment diagnostiquer le SII ?

Le diagnostic de la colopathie fonctionnelle du côlon repose sur l’existence de certains signes dits « critères de Rome » :

  • Troubles fonctionnels de l’intestin qui durent plus de 3 jours par mois et qui survient pendant plus de 3 mois, au cours des 6 derniers mois ;
  • Observation de deux des trois éléments suivants au cours des crises : la douleur est soulagée par la défécation, la fréquence des selles est modifiée (constipation ou selles trop fréquentes), ou la consistance des selles est modifiée (diarrhée).

 

Traitement et prévention du SII

Il n’existe pas de moyen précis de prévention du SII. Mais certaines mesures diététiques peuvent être prises chez les personnes qui en souffrent afin de réduire la fréquence et l’intensité des poussées. Par exemple, pour éviter de provoquer des troubles digestifs supplémentaires, on recommande de consommer des aliments riches en fibres solubles. Cela va aussi éviter les problèmes de malabsorption du niveau de la paroi intestinale. On peut aussi y associer des techniques de gestion du stress et de relaxation.

Il n’existe pas de traitement à proprement parler pour guérir le SII sauf les traitements des douleurs dues à la maladie : laxatifs, anti-inflammatoires, antalgiques, certains médicaments comme le paracétamol et les antibiotiques. Certains remèdes à base d’infusion de tisanes et huile essentielle peuvent aider à digérer facilement.

A lire également : Quels sont les avantages potentiels de la consommation de chocolat au CBD pour la santé et le bien-être ?